Le Népal

La description népalaise

Le 25 avril 2015 : un principal tremblement de terre frappe le Népal - les détails ICI
Par le Népal, la terre de Bouddy légendaire, les temples hindouistes, et le paysage inégalé de montagnes, la myriade des factions commençant au 4-ème siècle dirigeait.

Du Népal peu connu sur l'histoire précoce. Est exacte cependant la tribu Kirant peuplait le domaine plus qu'il y a 2,500 ans.

De nombreux petits royaumes faisaient valoir les droits au domaine jusqu'à 1482, quand le Népal se divisait en trois subdivisions séparées : le Katmandou, Patan et Bkhaktapour.

L'État moderne népalais a commencé à la fin du 18-ème siècle, quand le roi Pritvi Nerayakh le Schah a uni avec succès la plupart des groupes séparés ethniques et de petites principautés dans une entreprise.

Dans les recherches des terres de Népal supplémentaires risquait à l'Inde, en perdant par la suite la partie de son territoire personnel à l'Inde britannique, mais en gardant son indépendance.

Par le Népal, à cette époque-là, le monarque (pour la vie et le droit héréditaire) dirigeait. Dans 1951 monarque népalais (sous une grande pression) a fini ce système de la règle et a établi le système du cabinet du gouvernement.

Après seulement une année après les premières élections du pays à 1959, le roi Kaendra a congédié le gouvernement, le parlement congédié et a interdit les formations politiques.

Avec 1990 remue-ménage au Népal insérait la révolte sanglante, le carnage de la famille royale et triait les conflits gouvernementaux et les querelles, qui dominaient les titres.

En février 1996 guerre civile par la durée à la décennie a éclaté après que les participants du mouvement maoïste (le parti communiste du Népal) luttaient pour remplacer la monarchie du Népal par la démocratie.

À la suite du conflit plus que 15,000 étaient tués, et encore 150,000 étaient intérieurement déplacés.

Au début de 2005 (encore une fois), le roi a résilié le gouvernement et a accepté le pouvoir. Un petit progrès était fait, et élections municipales passées au début de 2006, étaient largement considérées comme "le pas inverse pour la démocratie" par l'union Européenne.

Les changements se sont passés au milieu de 2008, quand la maison royale était chassée par de nouveau premier-ministre élu, Pouchpoj Kamalem Dekhelom, et le président Ramom Brenom Yadavom plus premier pour le Népal.

Dans ce pays pauvre l'industrie touristique était une fois la force considérable économique, comme les touristes, les chevrons fluviaux, les alpinistes et les amateurs de la nature trekked au Népal dans des plus grandes quantités.

Sur les élections de 2013 on cassait le parti communiste dominant, et le climat politique est déplacé rudement à droite.

En février 2014 Parlement du Népal choisissait Sushil Koirala comme un nouveau premier-ministre, et le pays travaille sur les problèmes en ce qui concerne l'acceptation de la présidence exécutive et comme diviser le pays en plus petites unités politiques.
Partage cette page :